Sections

Le Bloc Québécois demande au député libéral Rémi Massé de se positionner par rapport à la légalisation de la marijuana


Publié le 20 avril 2017

Le Bloc souhaite obtenir l’opinion du député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé sur la légalisation possible de la marijuana

©Depositphoto.com

PROJET DE LOI.Le Bloc Québécois dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia demande au député libéral Rémi Massé de défendre la position de son parti, dans le dossier de la légalisation de la marijuana. Son président régional, Louis-Patrick Saint-Pierre espère qu’il pourra expliquer les impacts d’une telle décision. 

Une semaine après le dépôt du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana, le député libéral Rémi Massé ne s’est pas prononcé sur la question et le Bloc demande s’il est d’accord avec la loi et s’il peut en expliquer les avantages aux citoyens de la circonscription. « Nous nous inquiétons de son silence, certains citoyens nous ont contacté dans ce dossier. Il sera appelé à voter sur le sujet en Chambre. Présentement, nous nous demandons comment l’utilisation sera encadrée, il n’y a pas beaucoup d’études qui ont été faites sur les effets de la marijuana sur le cerveau des gens. Il y a aussi la question de la santé qui est importante ».

Mentionnons que la chef du Bloc, Martine Ouellet exige que le gouvernement Trudeau respecte les champs de compétences et confie au Québec la production du cannabis et l’émission des permis, et non seulement la distribution, l’encadrement et les mesures de prévention nécessaires.  Quant à lui, M. Trudeau espère qu’un projet de loi sur la légalisation de la marijuana sera présenté à la Chambre des communes d'ici cet été. Le premier ministre défend la position de son gouvernement, affirmant que la légalisation de la marijuana nuirait aux efforts des plus jeunes pour acheter de la drogue. Il a aussi soutenu que de réglementer et contrôler la substance permettra de soutirer des milliards de dollars, qui étaient jusqu’ici destinés aux organisations criminelles. Il a aussi ajouté que l’argent pourra aussi être réinvesti dans certains programmes. Au moment de mettre sous presse, M. Massé était à l'extérieur du pays pour une mission commerciale et il ne pouvait accorder des entrevues, pour le moment, il n’est pas exclu qu’il réagisse dans les prochaines semaines.