Jean-François Lisée promet de réinvestir dans les régions

Jean-Philippe Langlais jean-philippe.langlais@tc.tc
Publié le 29 juillet 2016

Le candidat à la direction du PQ, Jean-François Lisée, s'est arrêté à la Cantine Fortier d'Amqui, vendredi matin, pour échanger avec les citoyens.

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

COURSE À LA CHEFFERIE. Le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) et député de Rosemont, Jean-François Lisée, a complété, vendredi, sa tournée de la péninsule gaspésienne avec une escale à Amqui, où il a rappelé l'importance d'appuyer les régions dans leur développement.

M. Lisée est le 3e candidat à la chefferie à fouler le sol matapédien, après Véronique Hivon et Martine Ouellet. Lors de son passage, il a dénoncé le travail du gouvernement libéral. Jean-François Lisée déplore une centralisation excessive, le démantèlement des outils de développement et le retrait des budgets dédiés aux régions.

Je ne voudrais pas réimposer aux régions une formule de développement ou de concertation. Jean-François Lisée

« Un nouveau gouvernement du Parti québécois signifierait le retour du respect pour les régions. Pour ma part, 86 M$ par année seraient réinvestis dans les deux premières années d'un gouvernement que je dirigerais. Je ne voudrais pas réimposer aux régions une formule de développement ou de concertation. Si je deviens premier ministre, le ministre des Régions ne sera pas de Montréal. En tant que Montréalais, je suis insulté que ce soit deux ministres de Montréal qui soient responsables des régions », affirme Jean-François Lisée.

Le candidat à la chefferie s'engage à mener un comité interministériel stratégique sur la Gaspésie, à l'instar de Bernard Landry et Pauline Marois. Il cible comme priorités la pérennité de l'éolien, le rétablissement du rail sur toute la péninsule, la desserte des localités par autocars, et une meilleure accessibilité du lien aérien.

Santé

Jean-François Lisée s'oppose fermement au virage entrepris dans le réseau de la santé et des services sociaux, qui subit présentement des compressions. Au Bas-Saint-Laurent, ces coupes atteignent les 20 M$. Plusieurs acteurs de La Matapédia craignent une centralisation des services à Rimouski. Selon le député péquiste, l'argent devrait être réinvesti dans les services directs.

« Où est l'argent? Il y a 3 G$ par année qui ont été donnés à 20 000 personnes, qui sont les médecins. Si on réélit les Libéraux ou si on élit les Caquistes, il y a un autre 2,4 G$ qui vont aller dans les poches de ces 20 000 personnes-là, par année. Il faut couper quelque part pour les payer. Si je suis chef du Parti québécois, je vais demander un mandat électoral fort pour avoir un moment de vérité avec les fédérations médicales, qui est le lobby le plus puissant au Québec. Je vais geler la rémunération des médecins et cet argent va servir aux services », promet M. Lisée, qui qualifie le ministre Gaétan Barrette d'« autocrate de la santé ».

Jean-François Lisée a aussi constaté que le dossier des hydrocarbures semble interpeler les citoyens de la région. Il a d'ailleurs manifesté son opposition au projet Belledune.