Sections

Transport aérien: la concertation comme piste de solution


Publié le 6 septembre 2017

Près d'une dizaine de personnes ont pris part à la séance de consultation sur le transport aérien de la Fédération québécoise des municipalités, présentée à Amqui.

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

EST-DU-QUÉBEC. Près d'une dizaine d'élus municipaux et gestionnaires d'aéroports du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie ont pris part, aujourd'hui (mercredi) à Amqui, à une séance de consultation sur le transport aérien, initiée par la Fédération québécoise des municipalités (FQM). Les participants y ont souligné l'importance de la concertation.

L'objectif était de recueillir les différents points de vue, afin d'étoffer le mémoire qui sera présenté par la FQM au Sommet sur le transport aérien régional, prévu en 2018. Différentes problématiques étaient déjà ciblées, dont le coût élevé des billets, la fréquence limitée des vols et le sous-financement des infrastructures aéroportuaires. À la lumière des échanges réalisés lors de la séance, les participants ont démontré une volonté de mettre l'accent sur la concertation, dans le but d'améliorer le service aérien en région.

Les aéroports, qu'ils soient municipaux ou régionaux, sont une porte d'entrée pour le monde des affaires.

Eddy Métivier

« Qu'on parle de concertation régionale, provinciale ou fédérale, si tous les joueurs importants ne sont pas assis autour de la table, on aura de la difficulté à réussir. Il faut s'assurer d'avoir ces acteurs avec nous et travailler. Le message que j'entends aujourd'hui, c'est: "Nous, on est prêt à travailler, à faire des réflexions et à mettre de l'énergie". Il faut avoir du soutien et pas seulement financier », a indiqué la préfet de la MRC de La Matapédia et présidente de la Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli, Chantale Lavoie, qui siège aussi au Comité sur le transport interrégional de la FQM.

Synergie

Le maire d'Amqui, Gaëtan Ruest, prenait part à la rencontre. Il a souligné l'importance de développer un modèle propre à la réalité des deux régions. « Le projet de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent, ça ne pourra pas être le projet de l'Abitibi et de la Côte-Nord. Il faut qu'il y ait des projets issus de la base. »

Pour sa part, le responsable de l'aéroport de Matane, Eddy Métivier, souhaite qu'une synergie puisse se développer entre les aéroports du territoire. « Les aéroports, qu'ils soient municipaux ou régionaux, sont une porte d'entrée pour le monde des affaires, pour les investisseurs ainsi que pour le développement économique et touristique. C'est important que les gouvernements prennent en considération tous les aéroports », dit-il.

L'occupation du territoire et le financement font partie des enjeux qui été abordées lors de la rencontre. Les consultations feront l'objet d'une présentation au congrès de la FQM, à la fin septembre. Selon Chantale Lavoie, les préoccupations soulevées par les représentants du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie trouveront leur place dans le mémoire de la FQM.

« À la lumière de ce qui s'est dit ailleurs, je ne pense pas qu'on soit à côté. Il y a des éléments majeurs qui ressortent. On le voit aussi avec les travaux de l'UMQ (Union des municipalités du Québec). Il y a des similarités. Je pense qu'on sera capable de faire quelque chose qui pourra tenir compte de la globalité comme de la spécificité », assure Mme Lavoie.