Sections

Bar rayé dans les rivières : la Matapédia fait partie d’un projet pilote


Publié le 8 août 2017

En réaction à la vague d’inquiétude face à la présence marquée de bars rayés dans les rivières à saumon et estuaires de Québec, le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) lance un projet pilote sur les rivières Matapédia et Grande Cascapédia. 

Selon un protocole scientifique, les contenus des estomacs des bars rayés capturés seront analysés dans le but de déterminer les impacts et de comprendre la cohabitation avec les salmonidés. Ce projet sera encadré par des permis scientifiques, car la pêche au bar rayé demeure interdite dans ses secteurs.

Selon le Ministère, les études menées jusqu’à ce jour dans la mer démontrent que les interactions entre le bar rayé et le saumon n’a pas d’effet négatif sur le salmonidé.

Toutefois, un pêcheur a confié à l’Avant-poste qu’il a découvert pas moins de six tacons dans l’estomac d’un bar rayé pêché près de Routhierville. Malgré tout, au moment d’écrire ses lignes, ce poisson reconnu pour sa combativité n’inquiète guère la plupart des biologistes. C’est plutôt le contraire du côté des gestionnaires de rivières à saumon et certains pêcheurs.

Le Ministère invite les citoyens à contribuer aux travaux en signalant la présence de bars rayés dans les rivières à saumon. Des formulaires à cet effet sont disponibles sur le site web du Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec.

Deux espèces différentes

Une première population de bars rayés vit dans les eaux du sud du golfe et est en importante expansion démographique. La pêche de ses derniers est autorisée depuis 2013, mais les modalités sont renouvelées chaque année.

L’autre population de bars avait le fleuve comme habitat. Selon les experts, cette population a disparu au cours des années 60, mais sa démographie est en voie de rétablissement. La pêche de bar rayé dans ce secteur n’est pas autorisée et les captures accidentelles doivent être aussitôt remises à l’eau.