Sections

La thèse de harcèlement écartée par un rapport à la caserne de Lac-au-Saumon


Publié le 12 juillet 2017

Les pompiers de Lac-au-Saumon sont confiants de voir le climat de travail s'améliorer à moyen ou long terme.

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

Selon un rapport commandé par la MRC de La Matapédia sur les incidents entourant la crise qu’a vécu le service d’incendie de Lac-au-Saumon, les problèmes ne seraient pas dus à une situation de harcèlement entre deux officiers. Le rapport met plutôt le doigt sur un climat de travail problématique.  

C’est la conclusion qui découle de l’analyse faite par le Service en ressources humaines et relations du travail de la Fédération québécoise des municipalités, à la demande de la MRC.

Plusieurs recommandations ont été faites afin de serrer la vis au sein du service d’incendie. On suggère à la MRC de réviser les tâches des officiers, de revoir le code de conduite des pompiers volontaires et d’inclure ces derniers dans la politique de lutte contre le harcèlement au travail de la MRC de La Matapédia. Toujours selon le rapport, la MRC devrait réexaminer et améliorer le processus d’évaluation des officiers de la caserne.  

La crise à la caserne du service d'incendie de Lac-au-Saumon est due à un mauvais climat de travail, et non à un cas de harcèlement, selon un rapport déposé le 11 juillet.
Photo TC Média - Louis Laflamme

« La MRC tient à maintenir un climat de travail sain et sécuritaire dans l’ensemble de ses casernes. C’est pourquoi nous mettrons en œuvre à très court terme les recommandations de ce rapport avec la participation des officiers et des pompiers volontaires du service incendie », a expliqué le directeur général de la MRC de La Matapédia, Mario Lavoie, par voie de communiqué.

Rappelons que le 25 mai dernier, le service d’incendie de Lac-au-Saumon a été frappé par une vague de démissions. Sept pompiers avaient abandonné leurs fonctions, dénonçant l’inaction de la MRC dans un dossier de plainte pour harcèlement qui avait été émise.

Selon Hugo Gendron, un de ses sept démissionnaires, qui a repris ses fonctions quelques jours plus tard, le dépôt de ce rapport est perçu de façon positive et inspire de l’optimisme au sein du service d’incendie de Lac-au-Saumon. « On est content de voir qu'il y a un certain avancement. Il est encore trop tôt pour croire que tout va se régler bientôt, mais au moins on peut l’espérer. La MRC a prouvé qu’elle veut aller de l’avant et veut remettre ça droit, mais on sait que ça ne se réglera pas tout de suite », explique Hugo Gendron.

Le pompier de Lac-au-Saumon avoue ne pas être surpris que la thèse de harcèlement ait été mise de côté. À cet effet, il enchérit en disant que la MRC et des membres du service d’incendie ont admis l’existence de plusieurs lacunes.

Le rapport a été présenté aux pompiers et officiers le 11 juillet. Selon nos informations, d’autres rencontres individuelles sont toujours prévues au calendrier.

Malgré le climat de travail problématique, Hugo Gendron affirme qu’en caserne, la bisbille n’a pas eu beaucoup d’influence sur le service offert. « En caserne, on reste professionnel. Lorsqu’on est déployé, on se doit de l’être aussi, parce que, souvent, il y a des vies en jeu. On est quand même un service public. Mais depuis un an, c’est tranquille, on ne se voit pas souvent » ajoute-t-il.