Une nouvelle ligne de vêtements créée à la polyvalente Armand-Saint-Onge


Publié le 18 mai 2017

Les trois jeunes entrepreneurs de la polyvalente Armand-Saint-Onge, Martin Bérubé, Samuel Vaillancourt et Gabriel Laplante.

©Photo-Gracieuseté

ENTREPRENARIAT. Trois élèves de l’école secondaire Armand-Saint-Onge ont eu l’idée de créer une nouvelle ligne de vêtements pour jeunes hommes, la ligne BNK qui trouve déjà une forte appartenance chez les élèves de la polyvalente. Ils ont aussi eu l’idée de démarrer leur propre boutique école, Only One, comme point de vente dans les derniers mois.

Les trois jeunes entrepreneurs, Samuel Vaillancourt, Martin Bérubé et Gabriel Laplante, souhaitaient répondre à un besoin de la clientèle adolescente, c’est-à-dire trouver des vêtements de marques à faible coût. Ils ont été supervisés par l’éducateur spécialisé Guillaume Vallée, dans les facettes du projet. De plus, lors du projet, ils ont créé leur propre image de marque et collection de vêtements, sous le nom de BNK (Batarnack). L’un des idéateurs, Samuel Vaillancourt, explique que l’idée a germé en décembre 2016 mais que ce n’est qu’en mars dernier qu’ils ont pu mettre sur pied le projet. « À l’origine, c’était un projet du Défi J’osEntreprendre et nous avons eu l’idée de monter l’entreprise de A à Z. Aucune polyvalente au Québec n’avait choisi de concevoir des vêtements. La tâche est importante : il y a des couturières à Sayabec, nous traitons avec la boutique de tissus d’Amqui et nous faisons l’usinage parce que la demande est très forte pour les vêtements conçus», dit-il.

Notre projet futur est de vendre dans les magasins, il y a des approches très sérieuses faites pour la marque Batarnack (BNK)

Samuel Vaillancourt

Son collègue Gabriel Laplante rappelle que le projet a non seulement permis de leur développer un intérêt pour la vente (ils souhaitent s’inscrire tous deux s’inscrire au DEP en ventes conseil à Rimouski) mais a développé en eux le goût de se dépasser. « Nous avons commencé par une boutique, les gilets sont venus et les jeunes affluaient à la boutique. Le projet nous a carrément permis de raccrocher, nous avons eu des embûches durant notre parcours mais on veut amener la marque Batarnack (BNK) beaucoup plus loin et peut-être développer ce concept et ce projet dans d’autres écoles secondaires », dit-il. Pour l’instant, la boutique Only One présente des créations comme des t-shirts, kangourou et casquettes. Les articles se vendent tous en deçà de 20$, qu'ils soient neufs ou "vintage" et la quête de profit n’est pas l’objectif premier mais bien la solidarité sociale.

Vocation entrepreneuriale confirmée

En ce sens, l’entreprise scolaire à but non lucratif a permis de confirmer chez ces jeunes une vocation entrepreneuriale, comme en témoigne Samuel Vaillancourt. « Nous ne pensions pas qu’il y avait autant d’étapes avant une mise en production et pour se créer une image de marque. Il faut saluer l’ouverture de l’éducateur Guillaume Vallée et du directeur de l’école Frédéric Gaudreau qui nous permettent de se donner à fond, nous sommes trois gars énergiques et dynamiques qui voulons que ça marche!», dit-il.

Dernièrement, un groupe de jeunes adultes passionnées de Parkour (art du déplacement) ont d’ailleurs arboré les créations de ces jeunes en compétition et dans une vidéo promotionnelle. Une équipe de « Cours ton marathon » (27 mai) doit aussi prendre part à l’événement en portant les vêtements des trois jeunes entrepreneurs.  « Notre projet futur est de vendre dans les magasins, il y a des approches très sérieuses qui ont été faites avec la marque Batarnack. On pense que d’autres jeunes pourraient vivre l’expérience d’une boutique Only One à Matane, Rimouski et ailleurs. Ce serait un excellent atout parce que nous avons de bons produits, une page Facebook et un bon réseau qui se développe », complète-il.